Christian Vernoux
Thérapeute holiste - Spécialiste des passages de conscience
 
14 rue Paul Eluard, 93200 Saint-Denis, France
 
Disponible aujourd'hui de 10h à 20h
 
06 64 16 97 60

A propos de Christian

Après avoir fait une école de commerce tout en jouant au rugby de haut niveau à Saint-Jean-de-Luz, Christian a distribué du bronze industriel basque espagnol en Europe, managé des équipes opérationnelles dans la distribution spécialisée, ainsi que dans la grande distribution, et formé des dirigeants au management, au leadership et aux nouveaux modes de gouvernance. 

En 1997, après le décès de son fils aîné, Il s'engage dans une psychanalyse réussie avec le Dr René Gandolfi, à Paris, ayant pour base une approche anthropologique d'orientation existentielle et spirituelle. 

A partir de 1998, Christian se forme aux thérapies manuelles chinoises au sein de la Fédération Française de Shiatsu traditionnel. Il étudie le Tao et pratique le zen shiatsu à domicile et dans les hôtels de luxe parisiens. 

En parallèle, il se forme à différentes approches psychothérapeutiques. Sa démarche est à la fois psychologique et spirituelle, mais il n'appartient à aucune école de psychothérapie ou de psychanalyse, ni à aucune religion ni mouvement religieux.

Christian croit profondément en l'être humain et en la nature sacrée de tous les êtres vivants. Sa pratique et son travail sont holistiques, et prennent en considéra-tion tout ce qui fait la richesse de l'être humain. 

Depuis 2008, Christian propose de vous guider dans votre quête d'un esprit éclairé, d'un corps sain, et d'une âme adaptée à l'existence sur cette terre. 

Un voyage vers soi

Il existe sept niveaux de pouvoir dans le système biologique, chacun étant l'assise d'une vérité sacrée et unique. Ces vérités émettent continuellement des pulsations, nous incitant à utiliser à bon escient le pouvoir qui s'en dégage. Nous venons tous au monde munis de cette connaissance intérieure selon laquelle les sept vérités sont déjà inscrites dans notre système énergétique. Par conséquent, transgresser ces vérités équivaut à affaiblir à la fois l'âme et le corps, tandis que les observer accroît leur force vitale. 

L'énergie est pouvoir. Nos corps ont besoin d'énergie ; par conséquent, ils ont besoin de pouvoir. Les chakras font allusion à notre rapport au pouvoir ; ils nous indiquent comment en acquérir la maîtrise sur le plan personnel et à travers une démarche qui croît en intensité à chaque étape. Au premier niveau, par exemple, nous apprenons à composer avec l'identité de groupe et la notion de pouvoir au sein de la famille ; lorsque nous parvenons à des échelons supérieurs, le pouvoir devient une question d'ordre individuel, un élément dont nous avons à acquérir la maîtrise en tant qu'adulte. 

Peu à peu nous apprenons à contrôler notre esprit, nos pensées et notre âme. Tout choix que nous effectuons, qu'il soit motivé par la foi ou par la peur, oriente notre âme vers l'une ou l'autre direction. Une âme poussée par la peur communique cette émotion au champ énergétique et à l'organisme ; cependant, si elle est guidée par la foi, la grâce reviendra alors habiter le champ énergétique, et l'organisme biologique s'épanouira. 

Libérer l'âme dans le monde physique sous l'impulsion de la peur ou des sentiments négatifs est un acte dépourvu de foi ; celui-ci est motivé par la volonté personnelle plutôt que par la volonté céleste. Selon les préceptes de la spiritualité orientale, tout acte que nous posons a une portée quelconque qu'on désigne par le terme "karma" ; les actes conscients créent un karma positif, tandis que ceux qui sont motivés par la peur ou la négativité créent un karma négatif. 

Nous sommes à la fois matière et esprit. Si nous voulons appréhender qui nous sommes et cultiver la santé du corps et de l'esprit, il est nécessaire que nous comprenions quels sont les rapports qui unissent le corps et l'âme et quels facteurs contribuent à affaiblir la présence de l'âme et de la vitalité dans notre organisme, que nous apprenions comment sauver notre âme de l'emprise exercée par les faux dieux tels que la peur, la colère et les fixations sur les choses du passé. 

Lorsque nous entretenons une telle fixation, notre âme se trouve forcée de quitter le champ énergétique et "d'insuffler vie à la terre" ; cela s'accomplit au détriment de notre santé. Ce qui draine le corps épuise aussi l'âme ; ce qui le soutient la nourrit. Le pouvoir qui aliment notre corps, notre esprit et notre coeur ne trouve pas son origine dans l'ADN, mais dans la Divinité même. Voilà une vérité simple et éternelle. 

Mal orienter le pouvoir de son âme entraînera des conséquences dans son corps et dans sa vie. 

Chaque être humain doit, au cours de sa vie, faire face à des difficultés qui mettront à l'épreuve sa fidélité envers la Source Divine. Celles-ci se manifesteront par la désintégration de l'un ou l'autre des éléments qui constituent une source de pouvoir physique chez un individu, prenant la forme d'événements inévitables telles que la perte des richesses, d'un membre de la famille, de la santé ou du statut social. Ceux-ci occasionneront une crise sur le plan de la foi, à travers laquelle nous seront forcés de nous demander : "En quoi, ou en qui, ai-je foi ? A qui ai-je recommandé mon âme ?"

Mis à part les déchirures de cette envergure, c'est le plus souvent une perturbation de nature physiologique qui déclenchera un questionnement en profondeur et nous fera aspirer à "nous élever" sur les plans psychologique et spirituel. Un tel événement prend les proportions d'un séisme dans notre vie personnelle ou professionnelle. En effet, nous avons tous tendance à porter notre regard vers le haut lorsque le sol se dérobe sous nos pieds. 

Afin de réorienter son âme dans la bonne direction, on doit être disposé à prendre les mesures nécessaires pour se libérer du passé, se purifier et revenir au moment présent. D'où l'importance de la visualisation et de la prière dans le moment présent. 

L'apprentissage effectué par l'âme doit être accompli lors de son passage dans le monde matériel et les épreuves auxquelles nous sommes soumis forment un ensemble cohérent. 

Selon le système des chakras, chaque centre d'énergie emmagasine un pouvoir particulier ; ces centres effectuent une progression, d'une forme physique dense à une substance éthérée et spirituelle. Ce qui est remarquable, c'est que les épreuves que nous apporte la vie suivent également une telle progression. Les premier, deuxième et troisième chakras sont calibrés de telle sorte que les questions auxquelles ils nous confrontent sont liées au pouvoir physique ou externe. Les quatrième, cinquième et sixième chakras sont calibrés en fonction du pouvoir de nature intérieure et immatérielle. 

 

Premier passage de conscience

Le pouvoir créé à partir du premier chakra ou chakra "racine" transmet aux systèmes énergétique et biologique la vérité sacrée selon laquelle "Tout est un". Nous sommes tous reliés les uns aux autres de même qu'à tout ce qui est vivant, et tous nous devons apprendre à observer cette vérité. Le chakra "racine" ou "tribal" reflète le besoin que nous éprouvons d'honorer nos liens familiaux et d'adopter un code d'honneur pour soi-même. Notre premier contact avec la vérité sacrée "Tout est un" se fait à l'intérieur de la famille biologique, là où nous apprenons à respecter "les liens du sang".

C'est par le biais de la famille et, ou, de la religion qu'il nous est parfois enseigné que "nous faisons tous partie de la même grande famille divine, que tout est un". Votre lien avec votre famille biologique est un symbole du lien qui vous unit à autrui et à tout ce qui constitue la vie. Tout comme l'a formulé Thich Nhat Hanh, nous "inter-sommes". Lorsque nous portons atteinte à ce lien énergétique en considérant par exemple que ceux qui sont différents de nous sont inférieurs, nous créons un conflit à l'intérieur même de notre âme et par conséquent de notre propre organisme.

Embrasser le principe "Tout est un" et agir en respectant ce principe fondamental constituent l'une des tâches spirituelles universelles. 

Une famille accepte de se soumettre à un engagement de double nature. D'abord, elle se chargera du bien-être physique du nouvel être vivant qui est né en son sein ; ses membres acceptent également d'assumer la responsabilité de l'éducation spirituelle de l'enfant. Un tel engagement veille à ce que les individus puissent tout au long de l'existence avoir recours aux bases solides que procurent la foi et des vérités bien ancrées. 

En tant que symbole, la naissance porte deux autres engagements pour les fidèles d'âge adulte. En premier lieu, il nous faut parvenir à accepter sans réserve que la famille dans laquelle nous sommes né(e)s a été choisie par la Source divine et que c'est à travers elle que nous apprendrons les leçons que nous destine l'existence ; ceci constitue un besoin spirituel. En deuxième lieu, nous nous engageons aussi à vivre de manière responsable en tant que membre de la tribu humaine, à traiter les autres comme nous aimerions qu'ils nous traitent, et à respecter toute forme de vie sur terre. 

En observant ces deux engagements, nous honorons nos propres vies. Si toutefois nous manquons à cet engagement, en adoptant par exemple une attitude négative envers notre famille, notre organisme énergétique se trouvera ainsi privé d'une quantité importante de pouvoir, parce qu'une telle attitude va à l'encontre de la vérité supérieure qui se trouve inscrite dans le système énergétique. 

Vue dans une perspective symbolique universelle, la conscience divine crée et protège également toutes les tribus de l'espèce humaine. Ce premier passage de conscience suggère que l'ascension vers la vérité spirituelle commence d'abord et avant tout par le respect que nous devons manifester envers nos familles et envers toutes les communautés qui forment l'humanité. 

 

Deuxième passage de conscience

Le pouvoir crée à partir du deuxième chakra ou chakra "sacré" transmet à nos systèmes énergétique et biologique la vérité sacrée suivante : "Honorez-vous les uns les autres". De ce chakra nous recevons le pouvoir d'agir avec intégrité et avec honneur dans tout rapport avec autrui, que ce soit dans le couple, en amitié ou au travail. L'énergie qui en découle est particulièrement active parce qu'elle se manifeste dans toute activité financière ou créatrice. L'intégrité et l'honneur sont des vertus nécessaires à la santé ; si nous les violons ou les compromettons de quelque façon que ce soit, notre âme et notre corps physique sont contaminés. 

Vu de manière symbolique, ce passage de conscience fait irradier en nous la vérité selon laquelle toute personne avec qui nous "partageons une union" est présente dans nos vies de par un projet divin. Lorsque nous partageons un repas avec quelqu'un, nous reconnaissons de manière symbolique que nous faisons tous partie de la même famille spirituelle, que tous ceux et celles qui nous entourent font partie du projet divin et que nous avons besoin les uns des autres pour nous enrichir mutuellement. 

Que certaines de ces "unions" soient douloureuses est nécessaire. Toute personne présente dans votre vie a un rôle essentiel à jouer en regard de votre développement personnel. Il vous incombe de démontrer la maturité nécessaire pour comprendre ceci et vivre en acceptant cette vérité. D'un point de vue spirituel, il est contre nature de considérer autrui comme un ennemi ou de se traiter soi-même comme tel. 

Les rapports de nature négative génèrent une énergie du même acabit, entravant ainsi la vision symbolique. Nous sommes incapables de percevoir la Source divine au sein d'un rapport avec autrui que nous aurions choisi d'interpréter de manière négative. 

Le deuxième chakra ou chakra "sacré" renferme l'énergie communautaire. Il exprime le besoin de procréation, celui de semer les graines de la vie, de créer de la matière à partir de l'énergie, de la forme à partir de la virtualité. La création est un acte marqué par la réciprocité, la vie émergeant d'un dualisme naturel. 

Du point de vue symbolique, le deuxième passage de conscience représente le besoin énergétique de former des unions sacrées avec autrui, desquelles émerge la continuité de la vie. Nous aspirons sur le plan spirituel à nous unir à ce qui est sacré chez les autres, à fusionner notre âme à celle d'autrui. L'intimité constitue une forme d'union sacrée, et ce passage de conscience nous conduit vers celles et ceux avec qui une telle union est possible. 

Nous portons atteinte à l'intégrité de notre âme lorsque nous ne respectons pas les voeux que nous avons prononcés lors d'une union sacrée ou lorsque nous les rompons de manière déshonorante. La vie nous demande parfois de réévaluer nos obligations ; des divorces se produisent qui mettent fin au couple ou à d'autres types d'union. Le divorce n'est pas en soi un acte déshonorant ; nous sommes cependant tenus de prendre conscience de la façon dont nous nous y prenons pour nous affranchir d'un tel engagement.

 

Troisième passage de conscience

Le pouvoir émergeant du troisième chakra (ou chakra du pouvoir individuel) transmet à nos systèmes énergétique et biologique la vérité sacrée "Honore ta propre personne". Cette vérité sacrée nous incite à développer estime et respect de soi. "L'intuition liée à la survie" est présente dans ce chakra, faculté servant à nous protéger lorsque nous sommes en danger et à nous prévenir de la menace que peuvent représenter l'énergie négative d'autrui et les actes de même nature posés par les autres. Nous perturbons l'équilibre énergétique lorsque nous choisissons de ne pas tenir compte de nos réactions instinctives face à de telles situations. 

La portée symbolique de ce troisième passage de conscience réside dans l'acceptation de la responsabilité de la part de l'individu quant aux qualités qui le définissent. Accéder à la conscience fait partie d'une "expérience d'initiation" ou d'un "rite de passage". Une telle expérience ou cérémonie est nécessaire, en ce qu'elle fournit à l'âme cette balise qui lui indique qu'on entre de plain-pied dans l'âge adulte. 

L'absence d'un tel signe peut laisser une impression négative ou de vide, que ce soit consciemment ou inconsciemment, qui s'exprimera éventuellement par des faiblesses sur le plan psychologique. Ces dernières se manifesteront parfois de la façon suivante : un besoin constant de se faire approuver par les autres, ce qui peut conduire à s'identifier de façon malsaine à un gang, à une secte ou à d'autres groupes du même type ; être incapable d'estime de soi et de développer une saine image de soi en tant qu'individu. 

Arriver à tirer profit des conseils intuitifs que procure l'âme exige que l'on ait un sens de l'identité bien développé et que l'on éprouve du respect envers soi-même. L'estime de soi joue un rôle tout aussi fondamental dans la guérison et dans le maintien de l'état de santé. Une personne incapable de se témoigner du respect n'entretiendra avec autrui que des rapports intimes marqués par la fragilité et le temporaire. 

Nous craignons constamment d'être abandonnés parce que c'est la terreur ressentie face à la perspective d'être seuls qui motive notre comportement. Arriver à "confirmer" son existence, c'est-à-dire à développer en toute conscience et à observer un code d'honneur personnel, est un des éléments essentiels à la création d'un corps sain. Aucune santé n'est possible sans honneur. 

Le symbolisme porté par le troisième passage de conscience a trait à l'endurance, c'est-à-dire à la capacité d'entretenir sa force et sa résistance au-delà des capacités du seul corps physique. Ce pouvoir nous est accordé lorsque nous parvenons enfin à accepter notre vie telle qu'elle est ; par contre, il nous glisse entre les doigts lorsque nous nous concentrons sur ce qui nous fait défaut, ou lorsque nous considérons que la vie est vide et n'a aucun sens, et qu'il nous reste à apprendre comment en assumer l'entière responsabilité. 

Ce troisième passage de conscience renvoie de manière symbolique à la majesté et à l'intégrité, lesquelles confèrent une énergie qui nous permet de transcender les limites du moi et de nous éveiller au rapport spirituel qui nous lie à l'autorité divine. L'énergie du troisième chakra est rehaussée par une attitude d'appréciation et de gratitude envers tout ce que nous possédons, et pour le don de vie qui nous a été fait. 

Sur le plan symbolique, ce passage de conscience évoque la nécessité de transformer la dualité intérieure en union spirituelle, tout en nous rappelant que sans estime de soi et sans honneur personnel, il est impossible de tenir debout, tant au sens littéral que symbolique.

 

Quatrième passage de conscience

Le pouvoir crée par le quatrième chakra (ou chakra du pouvoir affectif) transmet aux systèmes énergétique et biologique la vérité sacrée suivante : "L'amour est pouvoir divin". Ce centre d'énergie correspond au point central du pouvoir au sein de l'organisme énergétique humain, une porte d'entrée symbolique vers le monde intérieur qui nous constitue. 

L'énergie de ce chakra nous apprend que seul l'amour représente un pouvoir authentique. L'amour ne répond pas aux seuls besoins de l'esprit et de l'âme ; le corps physique en a également besoin pour survivre et s'épanouir. Nous perturbons l'énergie de ce chakra lorsque notre comportement à l'égard d'autrui est dépourvu d'amour. Nourrir des sentiments négatifs envers autrui ou envers nous-mêmes, de même que faire souffrir autrui de manière intentionnelle, sont des comportements qui contribuent à intoxiquer notre propre constitution physiologique et spirituelle. 

Le poison de loin le plus nocif pour l'âme humaine, c'est de ne pas pouvoir se pardonner à soi ou à quiconque pour quelque chose ; les ressources affectives d'un individu s'en trouvent diminuées. Le quatrième passage de conscience nous incite à affiner notre capacité à nous aimer nous-même et à aimer autrui, et à développer celle de pardonner. 

Le quatrième chakra, du point de vue symbolique, nous rappelle la nécessité d'explorer les différentes facettes de l'amour et notre responsabilité face à lui. Il faut en premier lieu s'aimer soi-même et notre premier mariage doit être symbolique : il faut s'engager à respecter ses propres besoins sur le plan affectif, pour pouvoir ensuite mieux aimer et accepter les autres inconditionnellement. 

Apprendre à faire cela représente une épreuve de taille pour chacun(e) de nous. Ce n'est pas là une faculté innée ; il faut travailler pour y parvenir. Se négliger sur le plan affectif revient à s'intoxiquer soi-même, de même qu'à empoisonner ses rapports avec autrui, en particulier dans le couple. 

Le quatrième chakra symbolise le coeur et le soleil au sein du corps humain ; ses pulsations propagent en nous les énergies de la compassion, de l'harmonie et de la beauté, ces qualités paisibles qui caractérisent l'amour. L'énergie irradiée par le quatrième chakra contribue à équilibrer toutes les qualités divines comprises dans les sept vérités sacrées. L'être humain est par nature un être de compassion qui, lorsque placé dans un environnement paisible et harmonieux, ne peut que s'épanouir. 

De telles énergies sont essentielles à la santé physique, au développement affectif et à des actes qui "émanent du coeur". Nul degré de pouvoir ou de somme d'argent ne peut réussir à satisfaire un coeur qui ne serait pas rempli des énergies vitales que sont l'amour et l'harmonie. Un coeur vide ne peut créer qu'une existence futile, laquelle aboutit souvent à la maladie, exprimant ainsi le manque d'harmonie de façon à ce qu'il soit, on l'espère, perçu par l'esprit. 

On doit redresser les torts causés au coeur, sinon la guérison sera impossible.

 

Cinquième passage de conscience

Le pouvoir créé par le cinquième chakra (ou chakra de la volonté) transmet aux systèmes énergétique et biologique la vérité sacrée selon laquelle on doit "subordonner la volonté individuelle à la volonté divine". Voilà le geste le plus significatif que nous pouvons poser afin de parvenir à la stabilité sur le plan spirituel. Nous avons tous conscience, à des degrés divers, d'être venus au monde pour une raison spécifique ; nous saisissons que la vie comporte un projet divin. Le cinquième chakra est le centre où se situe cette conscience, de même que le désir qui nous habite d'entrer en contact avec la Source divine. 

Nous acquérons la maturité en tentant de bâtir nos vies en accord avec ce que nous voulons. Nous commençons d'abord de nous séparer de nos parents ; nous établissons les assisses de notre indépendance et nous cherchons à développer une carrière. Puis, inévitablement, une crise ou un événement survient : nous nous trouvons aux prises avec un emploi qui ne se déroule pas comme il était prévu, avec un couple voué à l'échec, avec une maladie qui se développe.

Quelle que soit la nature de la crise, nous sommes forcé(e)s de nous rendre compte de nos limites personnelles et de réaliser que nous sommes incapables de mener tel que prévu nos plans à terme. Une fois pris dans cette situation inévitable, nous commençons à nous interroger : "Que dois-je faire de ma vie ? Pourquoi (ou pour quoi) suis-je venu(e) au monde ?" Des questions de ce genre préparent le terrain grâce auquel nous accepterons de nous conformer au projet divin ; voilà le choix le plus fondamental qu'il nous est donné de faire durant notre existence. 

Cet unique choix, effectué dans la foi et la confiance, est celui qui permettra à l'autorité divine de faire son apparition dans nos vies, de transformer nos luttes en victoires et nos blessures en forces. Que le désir que nous éprouvons de nous soumettre à l'autorité divine soit conscient ou non, nous pouvons compter sur le fait que les occasions pour ce faire se présenteront souvent. 

Nous pouvons aussi être motivé(e)s à faire ce choix lorsque nous prenons connaissance des expériences vécues par des gens qui ont lutté toute leur vie et n'ont connu que la douleur et l'échec avant de dire enfin à la Source divine : "Je m'en remet à ta volonté." La vie de ces gens se remplit alors d'événements d'un étonnant synchronisme, tandis que leur coeur voit de nouveaux liens se créer. 

Je n'ai encore rencontré personne qui ait regretté d'avoir lâché prise en déclarant à la Source divine : "Je t'appartiens."

Le cinquième passage de conscience transmet de manière symbolique le message selon lequel défigurer la vérité va à l'encontre de notre nature profonde. mentir viole l'intégrité à la fois de notre corps et de notre âme puisque le système énergétique associe le mensonge au poison. L'âme et le corps dépendent de l'honnêteté et de l'intégrité afin de pouvoir s'épanouir. C'est pour cette raison que nous éprouvons le besoin inhérent de nous délester de toute distorsion de la vérité que nous aurions pu créer. 

La confession est un moyen symbolique par lequel nous pouvons nous purger de tout ce qui n'est pas honorable en nous. Elle répare les dommages qui ont été faits lorsqu'un usage à mauvais escient du pouvoir a été fait. La purification de l'âme est l'étape la plus importante du processus de guérison. La psychothérapie peut être considérée comme une forme contemporaine et séculaire de la confession. Cette dernière soustrait l'âme à l'autorité du monde matériel et l'oriente vers l'univers du Divin. 

Le cinquième passage de conscience signifie "grandeur" et "amour" ; c'est à travers de celui-ci que nous est transmise la directive spirituelle en vertu de laquelle nous ne devons pas dire du mal d'autrui et que nous est octroyé l'instinct nécessaire pour y souscrire. L'énergie qui se dégage du cinquième chakra facilite une communication sans heurt, mais elle sera perturbée si nous ne disons pas la vérité et empoisonnera notre organisme. 

De plus, nous ne devons pas confesser nos méfaits à quelqu'un si cela devait lui faire encore plus de tort. Nous sommes appelés à nous confesser afin que notre énergie puisse être recanalisée vers un comportement positif, tout en nous libérant du poids des émotions négatives et culpabilisantes. 

Nous n'avons pas été créé(e)s pour critiquer ou dire du mal, que ce soit à notre propre sujet ou à celui d'autrui ; lorsque nous le faisons, c'est parce que nous sommes motivés par la peur. Les paroles blessantes qu'il peut nous arriver de prononcer nous contaminent, tout comme elles souillent la personne à qui elles sont destinées ; notre corps physique nous tient responsable de cette forme de destruction. 

De notre sens inné de la responsabilité découle le sentiment du culpabilité que nous éprouvons après avoir posé un geste négatif ; voilà qui explique pourquoi nous nous sentons poussé(e) à nous confesser pour accélérer la guérison. 

Le cinquième passage de conscience signifie aussi "jugement" et "puissance" ; il investit notre système énergétique de la conscience selon laquelle nous ne devons intentionnellement juger ni autrui ni nous-mêmes de manière négative. De tels jugements entraînent des conséquences négatives à la fois pour le corps et l'environnement externe. 

 

Sixième passage de conscience

Le pouvoir créé par le sixième chakra (ou chakra de l'esprit) transmet à nos systèmes énergétique et biologique une autre vérité sacrée : "Ne cherchez que la vérité". Nous recevons du chakra de l'esprit l'énergie qui nous permet de chercher des réponses aux mystères de la vie. Nous sommes destiné(e)s, en vertu du projet divin, à avancer dans la vie en cherchant à répondre avec de plus en plus de profondeur à la question : "Pourquoi ?" 

Les pulsations énergétiques qui se dégagent de ce chakra nous incitent continuellement à nous questionner sur la vérité et sur l'intégrité de nos croyances. Nous sentons de manière instinctive depuis la naissance que de mettre notre foi dans des personnes ou des objets dépourvus d'intégrité souille notre âme et notre corps. 

Nous nous trouvons tous tôt ou tard face à des circonstances qui nous poussent à réévaluer nos croyances et nous aident ainsi à nous rapprocher de la vérité. Nos croyances mûrissent étape par étape, au fil des expériences. L'énergie qui se dégage du sixième chakra nous incite sans relâche à délaisser les fausses perceptions. Si nous allons à l'encontre de cette énergie en bloquant de manière consciente les vérités de plus en plus profondes que perçoit l'esprit, ce sont nos capacités perceptuelles qui s'en trouveront obscurcies. 

Par ailleurs, nous sommes tous habités par un même désir : que ce que nous apportons à autrui ait un sens et quelque valeur ; que nous sentions, en quelque sorte, que nos gestes comportent une part de sacré. Qu'importe le rôle que nous jouons dans la vie, que ce soit en tant que thérapeute, parent, scientifique, fermier ou ami proche, nous pouvons devenir des réceptacles de l'énergie divine. 

Nous parvenons de manière symbolique au sixième passage de conscience lorsque les gens avec qui nous vivons et travaillons manifestent leur reconnaissance envers nous, parce que nous leur apportons quelque chose sur le plan de la croissance personnelle ou spirituelle. 

En aspirant à appuyer sans les juger celles et ceux avec qui nous vivons et travaillons, nous ouvrons en nous une voie à l'énergie divine. Il est juste de penser que les gens qui prodiguent un tel secours et un tel amour à l'égard d'autrui sont dotés d'une énergie bénite ; ce sont des réceptacles de l'intervention divine. 

Nous avons tous le potentiel de devenir un(e) tel(le) intermédiaire de la Source Divine et de nous mettre au service d'autrui en nous faisant traducteurs de l'énergie sacrée ; voilà qui pourrait constituer une définition moderne du sacerdoce.

Afin de nous aider à devenir de tels réceptacles de l'énergie et de l'action divine, le sixième chakra nous transmet, par l'intermédiaire de nos systèmes énergétique et biologique, l'impulsion qui nous permet d'invoquer la sagesse divine pour que celle-ci éclaire notre faculté de raisonnement, particulièrement dans les circonstances où la logique ne semble mener nulle part. 

Ce sixième passage de conscience complète l'énergie du chakra de l'esprit en insufflant à l'énergie, parfois dure, qui caractérise le raisonnement humain une qualité de douceur et d'émotion associée au pouvoir de l'intelligence divine. Les pouvoirs combinés sur ce plan sont destinés à nous guider et à nous inspirer pour que nous parvenions à transcender les limites de la pensée humaine de son objet ; à acquérir, par conséquent, la clairvoyance nécessaire à ce que la pensée divine puisse se fusionner à la nôtre. 

Plus nous réussirons à nous défaire de cette inclination pour le jugement que nous avons apprise, plus notre esprit s'ouvrira aux bienfaits d'une intelligence qui est d'essence divine. La raison humaine ne pourra jamais suffire à trouver les réponses aux mystères de la vie. Elle ne peut rendre compte de la complexité des phénomènes à l'oeuvre dans l'existence. 

Nous n'accèderons à la paix intérieure authentique que lorsque nous nous serons départis du besoin de tout comprendre par la voie de la raison et que nous aurons fait nôtre la raison divine : "Laisse-moi entrevoir que je saurai comprendre que derrière chaque événement, tout douloureux qu'il soit, se dissimule une raison supérieure sur laquelle je peux compter et qui m'apportera le bien." 

 

Septième passage de conscience

Le pouvoir créé par le septième chakra (ou chakra de l'âme) transmet à nos systèmes énergétique et biologique la vérité sacrée suivante : "Vivez le moment présent". Parce que nous sommes essentiellement des créatures spirituelles, nous devons respecter nos besoins sur ce plan ; notre bien-être en dépend tout autant, sinon plus, qu'il dépend de nos besoins physiques. 

Le chakra de l'âme nous apprend que nos âmes sont éternelles. Nous sommes davantage qu'un corps physique ; voilà une vérité qui peut nous réconforter face aux multiples épreuves qui font partie de l'expérience humaine de la vie. Le rapport entre notre corps et le temps chronologique n'est qu'une illusion, et c'est à l'âme qu'il revient de nous révéler cette vérité. 

Il est contre nature de s'attarder trop longuement sur les choses du passé ; ceci va à l'encontre de notre constitution divine, tout en créant des distorsions temporelles qui nous empêchent de vivre dans le temps présent et d'accueillir les conseils spirituels véhiculés par la vie quotidienne. Ces derniers n'aurons pour nous aucun sens si nous ne faisons que concentrer nos efforts à essayer de résoudre les mystères du passé. Ceux-ci seront graduellement éclaircis si nous acceptons de vivre le moment présent. 

La vérité sacrée qui précède exerce une attraction naturelle sur notre âme. Nous pouvons y puiser l'inspiration qui nous aidera à nous élever vers l'extase. Nous parvenons alors à l'épanouissement (et du même coup à la guérison), dans ces moments durant lesquels notre âme devient plus puissante que notre corps, ce dernier obéissant aux directives qu'elle lui transmet. 

Le besoin de vivre le moment présent est affirmé par le septième passage de conscience . Celui-ci a été institué pour aider les individus à libérer leur âme avant de mourir. Du point de vue symbolique, le septième passage de conscience atteste du besoin de rappeler son âme à soi et de régler ses affaires à des moments variés dans sa vie. L'énergie qui se dégage de ce passage de conscience nous permet de nous libérer des expériences antérieures afin que nous n'ayons pas à "porter des morts sur nos épaules". 

La portée symbolique du septième passage de conscience n'est donc pas circonscrite à la seule fin de l'existence. Il est nécessaire que sur les plans biologique et spirituel nous parvenions à nous réconcilier avec toute chose, et c'est ce que l'énergie de ce chakra de l'âme vise à faciliter. 

Après un événement de nature douloureuse ou traumatisante, nous découvrons en nous ce guide qui nous indique comment lâcher prise et nous remettre à vivre. Par contre, si nous choisissons de nous complaire dans le passé au détriment du présent, nous empêchons le flux de la force vitale de circuler normalement. Nous dénaturons alors le "présent" parce que nous contemplons tout ce qui survient aujourd'hui même avec les lunettes du passé, ce qui contribue à affaiblir notre corps et notre esprit. Les morts que nous traînons avec nous trop longtemps deviennent ainsi source de maladie. 

Le septième passage de conscience, symbole de notre lien avec l'univers infini, nous révèle que la mort n'existe pas ; il n'y a que la vie. Il n'y a personne que nous n'ayons connu que nous ne retrouverons pas ; voilà la promesse divine. Nous sommes appelé(e)s à tirer réconfort et force de cette vérité sacrée. 

 

Les sept vérités sacrées énoncées plus haut sont inscrites en nous bien avant notre naissance. Chacun(e) de nous en constitue essentiellement un "exemplaire biologique". Les notions enseignées par nos traditions religieuses respectives constituent en quelque sorte des variations sur ces vérités fondamentales. Or, même si ces dernières ne nous ont pas été enseignées, tôt ou tard elles émergeront en nous ; elles se manifesteront dans nos tripes, dans notre esprit, dans notre sens inné de l'ordre des choses. Au fil de notre cheminement, nous parvenons à saisir ces vérités dans toute leur profondeur et, de plus en plus clairement, à répondre aux messages qu'elles nous lancent, et à interpréter de manière symbolique les messages archétypes qu'elles nous communiquent. 

Les vérités que nous révèlent les enseignements des diverses traditions religieuses doivent servir à unir les êtres humains et non à les séparer. Les interprétations qui se limitent au sens littéral mènent à la séparation, alors que la lecture symbolique contribue à nous unifier, puisqu'elle permet d'identifier les caractéristiques communes de la nature spirituelle chez les êtres humains. A mesure que nous apprenons à dévier notre regard du monde externe pour le porter vers l'intérieur, nous faisons également l'apprentissage de la vision symbolique. 

Nous partageons tous le même univers intérieur, et les épreuves spirituelles qui nous attendent sont du même ordre. Les différences extérieures ne sont qu'illusion et manifestation de la temporalité ; elles ne sont qu'accessoires matériels. Plus nous nous concentrons sur nos ressemblances en tant qu'êtres humains, plus nous serons en mesure d'accorder à la vision symbolique l'autorité nécessaire pour qu'elle nous guide. 

En fusionnant ainsi les traditions spirituelles que sont l'islamisme, l'hindouisme, le bouddhisme, le christianisme et le judaïsme, nous parvenons à établir un système unique réunissant les vérités sacrées que l'on retrouve dans chacune d'elles. Ce système peut devenir un guide précieux dans notre quête d'un esprit éclairé, d'un corps sain, et d'une âme adaptée à l'existence sur cette terre. 

 

Mes outils

  • L'alimentation saine selon Irène Grosjean
  • La nathuropathie holistique selon Delphine Lebrun
  • L'homéophathie et l'acupuncture selon le Dr Jacques Senior
  • L'anthropologie pragmatique selon René Gandolfi
  • La thérapie cognitive et comportementale selon Corine Lobjoie
  • La gestalt thérapie et l'EMDR selon Geneviève Bartoli 
  • L'approche centrée sur la personne selon Carl Rogers
  • La thérapie existentielle selon Irvin Yalom
  • L'estime de soi selon Christophe André
  • La résilience selon Boris Cyrulnik
  • Le processus d'individuation selon Carl Gustav Jung
  • L'interprétation des rêves selon Carl Gustav Jung
  • Dictionnaire des rêves selon Hélène Renard
  • Dictionnaire des symboles selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant
  • Le sens des malaises et des maladies selon Georg Groddeck
  • Le dictionnaire des malaises et des maladies selon Jacques Martel
  • La Voie du fakir selon G. I. Gurdjieff
  • La Voie du sentir selon Luis Ansa
  • L'anatomie de l'esprit selon Caroline Myss
  • L'histoire des religions et la mythologie selon Mircea Eliade
  • Les cinq blessures qui nous empêchent d'être nous-mêmes selon Lise Bourbeau
  • La méthode Coeur d'enfant selon Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont
  • La Voie du Coeur selon Jean-Luc Jeantieu
  • Un cours en miracles selon Helen Schucman et William Thetford
  • La relaxation selon Geneviève Manent
  • La méditation de pleine conscience selon Thich Nhat Hanh
  • Les familles d'âmes selon Marie Lise Labonté
  • Le chamanisme selon Laurent Huguelit
  • La Voie du tambour selon Lynne et Julien Fihey
  • Les anales akashiques selon Amandine Adnot
  • La cérémonie cacao selon Shamandra
  • L'astrologie karmique selon Stephen Arroyo
  • Le chemin de vie selon Dan Millman
  • Le référentiel tarot selon Anne-Christine Hurtut
  • Les méditations sur les 22 arcanes majeurs du Tarot selon Aubier
  • L'hypnose humaniste selon Véronique Reine Besson
  • L'oracle Les cartes Lumière selon Lise Bartoli
  • L'oracle Flammes Jumelles selon Géraldine Garance
  • L'oracle de L'enfant Intérieur selon Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont

Les fondamentaux

Le champ énergétique humain

Tout ce qui vit émet des pulsations énergétiques, et cette énergie contient de l'information. Que cette conception soit répandue chez les praticiens en médecine alternative ou complémentaire n'a rien de bien surprenant ; ce qui est plus étonnant, c'est que même certains physiciens en mécanique quantique reconnaissent l'existence d'un champ électromagnétique produit à partir des processus biologiques du corps. Les scientifiques acceptent donc l'idée selon laquelle le corps humain génère de l'électricité puisque les tissus vivants produisent de l'énergie. 

Le corps physique est enveloppé d'un champ énergétique aussi large que l'envergure des bras tendus et aussi long que tout le corps. Ce champ est un centre d'information et un système perceptuel d'une grande sensibilité. Il nous permet d'être en communication permanente avec tout ce qui nous entoure grâce à l'électricité qui s'en dégage ; cette dernière transmet et reçoit des messages d'un corps physique à un autre. Ce sont de tels messages que peuvent capter les individus dotés de capacités intuitives. 

Le champ énergétique humain emmagasine et réfléchit l'énergie qui émane de chaque individu. Il enveloppe le corps et véhicule l'énergie affective, laquelle s'élabore à partir de nos expériences internes et externes, négatives ou positives. Cette force affective exerce à son tour une influence sur les tissus physiologiques du corps. C'est ainsi que votre biographie, c'est-à-dire les expériences accumulées au cours de l'existence, se transforme en matière biologique. 

Quelles sont les expériences qui fournissent de l'énergie affective au système énergétique ? Les rapports, présents ou passés, que nous entretenons dans notre vie privée et au travail ; les souvenirs d'expé-riences profondes ou traumatisantes que nous accumulons ; le système de valeurs et les attitudes que nous manifestons, incluant les croyances spirituelles et superstitieuses. Les sentiments dérivés de ces expériences deviennent en quelque sorte codés dans notre système biologique, contribuant ainsi au développement des tissus ; ceux-ci créent à leur tour une forme d'énergie qui devient le reflet des émotions ressenties. 

Biographie devient biologie

Selon les principes de la médecine énergé-tique, nous sommes tous des manuels d'histoire vivants. Le corps de chaque être humain renferme tout le vécu de celui-ci : chaque chapitre, chaque strophe, chaque ligne de tout événement et de tout rapport avec autrui y sont inscrits. Au fur et à mesure que se déroule l'existence, notre santé biologique devient un reflet vivant de celle-ci, témoignant de nos forces et de nos faibles-ses, de nos espoirs et de nos craintes. 

Toute pensée qu'accueille votre esprit voyage à travers votre organisme biologique et stimule par le fait même une réaction physiologique. Certaines pensées sont analogues à une grenade sous-marine et causent des répercussions dans tout le corps. La peur, par exemple, mobilise chaque partie de l'organisme : l'estomac se crispe, le rythme cardiaque augmente ; le corps peut transpirer abondamment. A l'opposé, songer à l'affection qu'on éprouve envers quelqu'un peut nous décontracter entièrement. 

Quelque soit leur contenu, nos pensées pénètrent l'organisme sous la forme d'énergie, une énergie de nature affective, mentale, psychologique ou spirituelle. Elles suscitent des réactions biologiques qui sont ensuite enregistrées dans la mémoire des cellules. Voilà donc de quelle manière notre biographie s'inscrit graduellement dans le système biologique ; ceci s'accomplit étape par étape et au fil des jours qui passent. 

La dépression, par exemple, est un symp-tôme indiquant que quelque chose ne tourne pas rond. Les cliniciens la considèrent généralement comme un déséquilibre affectif ou mental. Pourtant, une longue dépression précède dans bien des cas le développe-ment d'une maladie de nature physique. En termes énergétiques, pendant une dépres-sion, l'énergie (ou si vous voulez, la force vitale) s'échappe à l'insu de l'individu concerné. La dépression, c'est comme si vous ouvriez votre portefeuille et vous annonciez : "N'importe qui peut prendre mon argent et le dépenser comme il voudra, ça m'est égal." Voilà qui pourrait éventuelle-ment vous mener au bord de la faillite. De la même manière, une dépression prolongée conduit inévitablement à l'épuisement chronique. Soutenir un état de santé adéquat sans énergie est chose impossible. 

La santé... tient du pouvoir

Transformer ses conceptions dans le but de parvenir à la guérison demande quelquefois un effort concerté. L'énergie confère du pouvoir ; la mobiliser dans le but de s'appe-santir sur un événement passé peut affaiblir l'organisme et augmenter les risques de la maladie. 

Le pouvoir constitue un des éléments essentiels pour parvenir à la guérison et maintenir l'état de santé. Les attitudes qui génèrent un sentiment d'impuissance conduisent non seulement vers une piètre estime de soi, mais épuisent du même coup les réserves d'énergie du corps et en affaiblissent ainsi la santé. 

Pour qu'une thérapie alternative réussisse, il faut que le patient se forge une conception personnelle de ce qu'est le pouvoir, c'est-à-dire la capacité de générer soi-même une énergie interne et des ressources affectives, de croire que l'on est un être autonome par exemple. Beaucoup de patients ne conçoi-vent la notion de pouvoir qu'en fonction d'une source externe, notamment de leurs enfants. Bien sûr, ils peuvent suivre une psychothérapie, mais tant qu'ils ne regardent pas la réalité en face, de telles rencontres ne leur serviraient qu'à se plaindre, semaine après semaine : aucune guérison n'est possible dans ces conditions. Guérir exige que nous reconnaissions notre part de responsabilité face aux problèmes que nous vivons, et la dynamique qui s'établit dans nos rapports avec autrui. 

Parfois, nos attitudes entraînent une perte de pouvoir dans nos vies. Certains d'entre nous n'éprouvent jamais le sentiment d'être à la hauteur ; ils cherchent constamment l'approbation des autres tout en ressentant une peur démesurée d'être seuls. Ils n'ont d'estime de soi que dans la mesure où ils réussissent à contrôler les autres, en tout premier lieu leurs enfants. Le pouvoir joue un rôle très important au sein de nos vies et de nos systèmes énergétiques. Ce senti-ment est à la source de toute expérience humaine. Les attitudes et les croyances positives ou négatives sont en fait le prolon-gement de la conception de la notion de pouvoir chez les individus et de l'usage qu'ils en font. Nul ne peut prétendre se dérober à ces questions. Ou bien nous essayons de vaincre nos sentiments d'infériorité et d'im-puissance, ou bien nous essayons de contrôler les gens et les situations afin de nous sentir en sécurité. 

Etre l'artisan de sa guérison

La médecine énergétique découle d'une philosophie holistique en vertu de laquelle chacun(e) de nous peut se dire : "Je suis responsable de mon état de santé. Par conséquent, j'ai eu un rôle à jouer dans la genèse de la maladie dont je souffre. Je peux donc contribuer à guérir en me soignant, ce qui signifie parvenir à la guérison sur les plans physique, affectif, psychologique et spirituel."

Il y a des nuances à apporter lorsqu'on parle de guérison. On peut "guérir" d'une maladie lorsqu'on réussit à juguler ou à freiner la progression d'une maladie sur le plan physiologique. On ne peut cependant pas conclure de ce type de guérison que les facteurs de stress affectif et psychologique qui sous-tendent la maladie ont effective-ment été allégés ; il demeure en effet fort probable que celle-ci se manifeste à nouveau. 

Le type de guérison auquel je fais allusion dans le paragraphe précédent est de nature passive : le patient s'en remet au médecin qui lui prescrira un traitement, sans s'atta-quer toutefois aux causes profondes de la maladie. Il existe une autre façon de conce-voir la guérison : comme une démarche de réflexion sur les attitudes, les souvenirs et les convictions motivée par le désir de se libérer de toute négativité pouvant entraver le rétablissement tant sur le plan affectif que spirituel. 

Une telle démarche mène inévitablement à une réévaluation des circonstances de chacun(e), lorsque menée dans un but de se créer un mode d'existence qui puisse actualiser le désir de vérité, de discerner le faux du vrai dans sa vie propre, de réfléchir à la façon dont nous nous dépensons pour parvenir à nos buts, et de consacrer nos énergies aux vérités essentielles que sont l'amour, l'estime de soi et la santé. 

Avec les thérapies holistiques, c'est l'em-pressement du patient à jouer un rôle actif dans le processus de guérison qui est garant du succès de celle-ci. 

Rediriger le pouvoir

Une mère souffrant de dépression et de douleurs chroniques au cou et au dos est un bon exemple d'individu qui n'exerce pas de maîtrise sur sa vie. Une telle personne dépend des autres de manière excessive ; elle cherche à acquérir du pouvoir dans son environnement extérieur tout en s'appuyant sur autrui. Elle croit consciemment ou inconsciemment que, seule, elle n'est rien. Une telle personnalité cherchera à acquérir un sentiment de pouvoir par différents moyens : par le biais de l'argent, du statut social, de l'autorité politique, sociale, militaire ou religieuse, en entretenant des rapports avec des gens influents. Elle n'exprime pas directement ses besoins mais apprend plutôt à tolérer les situations qui ne la satisfont pas ou à les manipuler. 

Au sein du système énergétique humain, les interactions que chacun entretient avec son environnement peuvent être conçues de manière symbolique comme des circuits électromagnétiques. Ceux-ci circulent à travers le corps et nous relient aux objets extérieurs et aux êtres humains qui nous entourent. Nous sommes attiré(e)s par les objets ou les gens qui exercent un pouvoir sur nous, lesquels constituent des "cibles de pouvoir", comme si nous cherchions à assimiler ce que ces derniers dégagent. Cependant, notre pouvoir individuel se trouve affaibli lorsque nous tentons de relier notre champ énergétique à de telles cibles. 

La plupart des gens qui me consultent le font parce qu'ils réalisent que des changements s'imposent dans leur vie. 

Un autre type d'individu, le type "actif", se distingue des individus en mal de pouvoir. Ils sont capables de "s'automotiver" et croient fermement que s'occuper de soi est une priorité ; sur le plan affectif, leurs circuits énergétiques sont orientés vers la conscience, vers la force et vers l'endurance. Une telle personne a la capacité de faire tout ce qui est nécessaire pour conserver son équilibre sur les plans physique, affectif, psychique et spirituel. 

La vision symbolique

La guérison est inévitable pour qui cherche constamment à porter son regard plus loin. Cependant, il est nécessaire de mettre au point une méthode grâce à laquelle l'informa-tion que vous percevez vous semble bien réelle. 

D'abord et avant tout, concentrez-vous sur la nécessité d'apprendre à interpréter symboli-quement les épreuves que la vie vous amène. Trouvez-leur un sens. Tentez d'établir des liens entre celles-ci et votre état de santé. Réfléchissez quotidiennement aux difficultés auxquelles vous devez faire face et à la manière dont votre esprit et votre âme réagissent. Observez les choses qui vous confinent à l'impuissance et notez quelle partie de votre corps est sollicitée par le sentiment de perte qui en découle. Faites le bilan de l'activité spirituelle et biologique qui en résulte. 

En deuxième lieu, pensez en tout temps que vous n'êtes pas seulement un être physique mais aussi un être énergétique. La partie énergétique de votre organisme est celle qui transmet et enregistre tous vos rapports et toutes vos pensées. Rappelez-vous constamment que ce que vous vivez se transforme en matière biologique. Scrutez les personnes, les expériences et les infor-mations auxquelles vous accordez une place dans votre existence : faites en sorte que cela devienne une habitude. La vision symbolique est d'abord et avant tout de l'ordre de l'intention : il vous faut faire le bilan conscient et constant de vos rapports avec autrui et leurs influences sur votre pouvoir affectif et physique. Il vous faut aussi réaliser que toute tentative visant à influencer vos perceptions dans un sens ou dans l'autre empiètera sur votre capacité à capter les données énergétiques. 

En troisième lieu, faites vous-même votre propre bilan énergétique sur une base quotidienne. Ceci ne prendra que quelques minutes une fois que vous y serez régulièrement exercé. N'attendez pas de tomber malade avant de vous soucier de l'état de santé de votre système énergé-tique. Apprenez à déceler le stress. 

Les plans de conscience

Premier plan

  • La famille et ses valeurs
  • Les croyances familiales
  • Les relations familiales
  • Le sentiment de sécurité
  • L'aptitude à se défendre
  • L'ordre et la cohésion

Second plan

  • Les sentiments de blâme
  • Les sentiments de culpabilité
  • L'argent et le sexe
  • Le pouvoir et le contrôle
  • La créativité
  • L'éthique et l'honneur

Troisième plan

  • La confiance
  • La peur et l'intimidation
  • Le respect de soi
  • La capacité au bien-être
  • La capacité à être responsable
  • L'honneur personnel

Quatrième plan

  • L'amour et la haine
  • Le ressentiment et l'amertume
  • Le chagrin et la colère
  • L'égocentrisme
  • La solitude et l'engagement
  • Le pardon et la compassion

Cinquième plan

  • Le choix et la force de volonté
  • L'expression personnelle
  • La capacité de se réaliser
  • La canalisation de son pouvoir 
  • L'assuétude et le jugement
  • La foi et la connaissance

Sixième plan

  • L'auto-évaluation
  • La vérité
  • Se sentir à la hauteur
  • Etre ouvert aux idées des autres
  • Savoir tirer des leçons
  • L'intelligence affective

Informations pratiques

Cadre thérapeutique

  • En cabinet et, ou, par téléphone 
  • Séance individuelle d'une heure
  • 70 euros pour les adultes
  • 40 euros pour les adolescents
  • Les séances annulées moins de 48 heures avant sont dues, si elles ne peuvent pas être reportées dans la semaine en cours
  • Groupe de parole mixte le mercredi soir de 20h30 à 22h30. Sept participants maximum. Tarif : 20 euros. Sur réservation. 

Horaires

Du lundi au vendredi
10h-20h

Coordonnées

Christian Vernoux

14 rue Paul Eluard
93200 Saint-Denis
France

Contact

Envoyé !

Erreur serveur

Réalisation & référencement Partoo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.